Article lié à l'émission : LIBRE-SERVICE
See all episodes Everything on the show

Complément d'information: émission du mercredi 18 mars 2015

Les thérapies alternatives – L’ostéopathie  

 
SoCaTO (Société Canadienne pour la Tradition de l’Ostéopathie) 
 
 
 
 
 
 
 
760, rue Saint-Zotique Est
Montréal (Québec)
H2S 1M5 
 
Téléphone
(514) 523-0314
Sans frais: 1 888 523-0314 
 
 
Invité: Jean-François Ladouceur, ostéopathe 
 
 

Chronique Nutrition – L'huile de noix de coco et la santé du coeur 

L’huile de noix de coco, aussi nommée huile de coprah, provient de l’intérieur de la noix, appelée pulpe, au même titre que la noix de coco râpée ou le lait de coco. Cette huile de noix de coco est composée principalement d’acides gras saturés, qui confèrent à ce type de gras la propriété d’être solide à la température ambiante. À cause de sa composition en acides gras, l’huile de noix de coco est hautement saturée, à 90%. En comparaison, elle est beaucoup plus saturée que ne l’est le beurre (64%). Par ailleurs, il faut dire que les gras saturés sont associés à une élévation du cholestérol sanguin, et donc à un risque plus élevé de maladie cardiovasculaire, notamment les risque d’infarctus.
 
 
Alors,  pourquoi ce type de gras serait bon pour la santé du coeur?   
 
La particularité avec l’huile de noix de coco, c’est son contenu très élevé en acide laurique, un acide gras saturé à chaîne moyenne. Ces caractéristiques permettent aux gras d’être transportés rapidement au foie, sans interagir avec le métabolisme du transport du cholestérol sanguin. C’est pourquoi l’huile de noix de coco aurait un effet plutôt neutre sur le cholestérol sanguin, donc un effet plutôt favorable, lorsque comparé à celui du beurre qui a tendance à augmenter le cholestérol sanguin. 
 
 
L’huile de noix de coco est-elle utilisée par l’industrie agroalimentaire? 
 
Très peu: on la retrouve dans quelques produits bio et dans les magasins d’aliments naturels. En général, l’huile de noix de coco ou huile de coprah utilisée par l’industrie est raffinée, c’est-à-dire qu’elle a subi des transformations. Elle peut avoir subi l’hydrogénation, ce qui peut engendrer des acides gras trans, qui sont nocifs pour le cœur. Elle peut également avoir subi un traitement chimique qui consiste à enlever les odeurs qui se retrouvent naturellement dans cette huile (désodorisants) et à enlever la couleur (agents de blanchiment).
 
 
Existe-t-il des alternatives à l’huile de noix de coco hydrogénée ou raffinée?
 
Oui, il existe de l’huile de noix de coco pressée à froid, et sans traitement chimique. Cette huile renferme des composés bénéfiques, notamment des substances antioxydantes, des vitamines et des minéraux. Cette huile non hydrogénée ne contient pas d’acides gras et elle dégage des odeurs naturelles de vanille et de noix. 
 
L’huile de noix de coco, particulièrement la version non raffinée ou pressée à froid, peut faire partie d’un ensemble de différents gras utilisés pour la cuisson et la préparation des aliments. Cependant, elle n’est pas le produit miracle que certains prétendent, et elle n’offre pas plus de protection que les huiles insaturées. Au final, si on l’adopte, il faut l’utiliser avec modération et en alternance avec des huiles insaturées.  
     
                         
Pour plus d’information: 
 
 
 
Chroniqueuse: Marie-Josée Le Blanc
 
enlightened Cette chronique est aussi disponible en lecture seule sur MAtv.ca   Lire l'article

 

Chronique Protégez-Vous – Les yogourts grecs

 
Pour plus d’information, consultez le site
 
 
Chroniqueuse: Clémence Lamarche, chargée de projets sénior – Tests 
 
 

Chronique Libre – Habitat pour l’humanité

 

Pour plus d’information à propos d’Habitat pour l’humanité Québec

 

 
 
 
Site d’Habitat Canada, pour un portrait transversal
 
 
 
 
Montreal ReStore 
4399, rue Notre-Dame Ouest
Montréal (Québec)
H4C 1R9
 
Téléphone
514 907-8991
 
 
 
Courriel: restore@habitatmontreal.qc.ca
 
 
Invitée: Madeleine Martins, directrice générale, Habitat pour l’humanité Québec 
 
 

Chronique Boulot – L’importance de faire un bilan de carrière

Faire un bilan de carrière, c’est le moment de s’arrêter pour réfléchir à notre parcours, aux compétences qu’on a acquises et à nos réalisations, mais également de se questionner sur nos objectifs, nos idéaux et nos priorités. C’est une façon d’améliorer la connaissance qu’on a de soi-même pour mieux évoluer professionnellement, mieux comprendre des sentiments d’insatisfaction qu’on peut avoir, et se pousser à prendre des risques. 
 
Les moments charnières de notre vie professionnelle devraient être des occasions de faire un bilan de carrière: perte d’emploi, mise à pied, changement d’emploi, épuisement professionnel, réorientation, etc.  Mais on n’a pas besoin d’attendre de tels moments pour se prêter à l’exercice. Il n’y a pas de règles à suivre, mais plusieurs experts estiment qu’on devrait le faire environ tous les cinq ans. 
 
 
Cheminement de carrière typique:    
                                                                                                                           
20 à 30 ans: établir les bases de notre carrière.
                                                                                                                     
30 à 40 ans: apprendre et progresser.           
                                                                                                                           
40 à 50 ans: contribuer à son plein potentiel.   
                                                                                                               
50 ans et plus: transmettre ses connaissances.
 
 
Comme on le voit, notre vision de la carrière tend à changer avec le temps. Nos objectifs et nos priorités évoluent donc en même temps. Même si notre carrière est stable, certains changements peuvent affecter notre vie professionnelle: nouvelles tâches, restructuration, nouveau patron, nouveaux collègues... Ces éléments peuvent aussi avoir un impact sur notre vie professionnelle, d’où l’intérêt de faire un bilan régulièrement. 
 
Pour faire un bilan de carrière, on devrait d’abord établir une liste de nos forces, de nos compétences et de nos qualités. Ensuite, on doit se demander si elles sont utilisées à leur plein potentiel dans notre emploi actuel ou le plus récent. Le but de cette démarche est d’évaluer à quel point on est heureux au travail. On peut aussi faire une liste des valeurs qui sont importantes pour nous et de notre niveau d’ambition, puis vérifier si notre parcours professionnel est conséquent avec ces éléments. 
 
C’est aussi l’occasion d’évaluer ses besoins liés au travail: a-t-on besoin de flexibilité pour concilier travail et famille? De sécurité d’emploi? D’autonomie?
 
 
Questions que l’on peut se poser quand on fait un bilan de carrière:    
                                                                   
Quelles compétences ai-je développées dans mes emplois?        
                                                                                      
Quel est le fil conducteur entre ces emplois?      
                                                                                                          
Qu’est-ce qui m’a plu/déplu dans ces emplois?    
                                                                                                     
Qu’est-ce que je veux absolument retrouver dans mes emplois futurs?      
                                                                    
Mon employeur me permettra-t-il de faire avancer ma carrière?  
                                                                              
Qu’est-ce qui me rend heureux au travail?
 
 
Au terme de cette démarche, on devrait être en mesure d’établir des objectifs à court, moyen et long terme. Ensuite, il faut déterminer les étapes à franchir et des stratégies pour les atteindre: doit-on développer de nouvelles compétences? Aura-t-on besoin d’une formation d’appoint? Doit-on envisager de se diriger vers un autre milieu professionnel? Une bonne idée est de rédiger un plan d’action avec des échéances pour chaque étape. Une telle démarche peut nous aider à nous sentir en contrôle de notre vie professionnelle plutôt que de laisser les choses au hasard. 
 
Plusieurs professionnels peuvent nous aider dans cette démarche, comme les orienteurs, les psychologues, ou les coachs en gestion de carrière. Les centres locaux d’emploi offrent également certains services gratuits aux personnes en recherche d’emploi ou en insertion professionnelle. Ces professionnels peuvent vous aider à identifier vos priorités et vos objectifs de carrière par l’entremise de divers outils et tests. Une aide extérieure peut également être utile lorsqu’on a besoin de se remettre en question, ou pour aborder certains aspects que l’on n’ose pas aborder soi-même.
 
Il ne faut pas non plus négliger l’apport de ses proches (famille, conjoint, etc.). Les gens qui nous connaissent bien et qui nous ont vu évoluer sont souvent bien placés pour nous aider à définir nos objectifs et nos priorités.   
 
Plusieurs employeurs entreprennent des démarches analogues avec leurs employés, parfois avec l’aide de firmes spécialisées, afin de mieux connaître leurs compétences, leurs préférences et leurs ambitions. 
 
Ils sont ainsi en mesure de mieux gérer leur développement dans l’entreprise, de maintenir leur motivation et leur intérêt et d’identifier la relève pour des postes de plus haut niveau. C’est une façon d’œuvrer à la rétention du personnel, d’optimiser la contribution de chacun et aussi d’améliorer la performance des employés. Dans un contexte où le roulement de personnel est un enjeu pour plusieurs employeurs, voilà une façon de se démarquer de belle façon!
 
 
Quelques liens complémentaires sur Jobboom:
 
 
 
 
 
Chroniqueur: Simon Granger, coordonnateur des contenus chez Jobboom
 
enlightened Cette chronique est aussi disponible en lecture seule sur MAtv.ca   Lire l'article
 

Chronique Environnement – Le recyclage du verre, d’hier à aujourd’hui

On pourrait croire que les choses ont bien changé depuis 25 ans. Cependant, même si des avancées ont été faites, le recyclage du verre demeure un défi aujourd’hui. 
 
La collecte sélective a bien évolué au cours des 20 dernières années au Québec. Aujourd’hui, le système rejoint 99% des citoyens, les taux de récupération sont en croissance, sans oublier l’arrivée des bacs roulants qui sont venus faciliter la collecte. 
 
RECYC-QUÉBEC, l’organisme qui s’occupe de coordonner les activités de mise en valeur prévues à la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, publie à chaque deux ans un bilan de la gestion des matières résiduelles. Son plus récent bilan, soit celui de l’année 2012, est disponible depuis l’automne dernier. Dans ce bilan, on constate en effet que nous avons fait du chemin pour ce qui est de l’évolution des quantités de matières résiduelles éliminées, récupérées et mises en valeur dans la province. 
 
En ce qui concerne la collecte sélective, le bilan de 2012 indique qu’une plus grande quantité de matières recyclables a été récupérée par les centres de tri cette année-là pour un total de
1 095 000 tonnes. De ce chiffre, 970 000 tonnes de matières recyclables ont été vendues, soit une hausse de 7% par rapport à 2010. De plus, des efforts ont été consentis pour améliorer les centres de tri et favoriser l’accroissement de la «recyclabilité» des emballages. Cela a permis de réduire le tonnage de rejets (notamment des matières qui ne devraient pas se retrouver dans la collecte sélective) des centres de tri de 12% à 7,9%. 
 
Lorsque l’on parle de matières recyclables vendues, elles le sont du centre de tri vers des conditionneurs ou des recycleurs. Dans le bilan de 2012 de RECYC-QUÉBEC, le verre ne représentait que 7% des ventes de matières recyclables, soit une diminution de 10 000 tonnes de verre vendues par rapport à 2010. (Le plastique et le métal sont respectivement à 4% et 3%, mais stables depuis 2010. Le papier et le carton dominent à 84%). 
 
Là où le bât blesse en ce qui concerne le recyclage du verre, c’est que cette matière a une très faible valeur monétaire. Alors que le plastique, le métal ferreux et les fibres (en ballot) se vendent quelques centaines de dollars la tonne métrique (l’aluminium consigné, en ballot aussi, allant même jusqu’à plus de 1000$ la tonne métrique), le verre se vend à… -26$ la tonne métrique (verre non décontaminé)!
 
 
Le recyclage du verre n’est donc pas rentable. Manque-t-il de débouchés pour cette matière?
 
En 2012, les centres de tri ont indiqué avoir envoyé 39000 tonnes de verre dans différents lieux d’enfouissement afin de se servir du verre pour recouvrir les matières enfouies, pour être utilisé comme remblai ou pour consolider les chemins d’accès. 
 
Malheureusement, la faible valeur du verre lors du recyclage aura fini par causer en 2013 la fermeture du principal conditionneur de verre au Québec. 
 
En effet, Klareco était la seule entreprise ayant la capacité de traiter d’importants volumes de verre propre, mais elle était surtout la seule en Amérique du Nord en mesure de transformer le verre mixte issu de la collecte sélective. Ce sont principalement les frais reliés à la décontamination de ce verre mixte qui a poussé l’entreprise, située dans le Vieux-Longueuil, à fermer ses portes. L’usine traitait 100000 tonnes de verre chaque année. Depuis, les bouteilles et les pots en verre s’entassent dans les centres de tri de la province. 
 
Quelques autres entreprises vont récupérer le verre au Québec, comme 2M Ressources à Saint-Jean-sur-Richelieu. Lors d’une conférence à la Maison du développement durable à Montréal en janvier, Michel Marquis, directeur de l’approvisionnement et mise en marché au sein de 2M Ressources, expliquait qu’il existe plusieurs marchés pour le verre propre, mais beaucoup moins pour le verre contaminé issu de la collecte sélective. 
 
Owens-Illinois est une entreprise qui fabrique des contenants en verre pour l’industrie des aliments, de la bière, du vin, des spiritueux et des boissons non alcoolisées. Elle possède plus de 80 usines dans le monde, dont 19 en Amérique du Nord et l’une d’entre elles est située à Montréal. Celle-ci produit 2,9 millions de bouteilles par jour, incluant toutes les bouteilles des brasseries Molson et Labatt. Owens-Illinois est le plus grand acheteur mondial de verre recyclé.
 
En 2012, Owens-Illinois arrivait à se procurer plus de 65% de son verre recyclé dans la province, mais c’était bien avant la fermeture de Klareco. Aujourd’hui, capable de se procurer à peine 20% de verre recyclé de qualité au Québec, l’entreprise doit aller chercher son verre ailleurs, comme en Ontario, une province où les contenants en verre sont consignés.
 
 
Il faudrait donc revoir l’industrie du recyclage pour le verre? 
 
Sujet qui est débattu depuis des années! Le débat est surtout situé autour de la fameuse consigne pour les contenants en verre, comme les bouteilles de vin. 
 
 
Alors, quelle est la différence entre la consigne et la collecte sélective? 
 
De manière générale, la consigne permet de prétrier le verre des autres matières recyclables avant de l’envoyer dans les centres de tri. Les bouteilles de bière, par exemple, sont réutilisées plusieurs fois avant d’être recyclées (et l’on se souviendra que dans l’ordre, les 3RV sont énoncés comme suit: Réduire, Réutiliser, ensuite Recycler et finalement Valoriser). La consigne permet d’obtenir du verre de haute qualité et non contaminé. 
 
La collecte sélective permet, quant à elle, de recycler, dans la mesure du possible, le verre dans les centres de tri. Cependant, ce dernier arrive souvent brisé et mélangé à d’autres matières. Donc, contaminé. Il en résulte un verre plus bas de gamme, utile pour des produits de sablage, entre autres.  
 
Nous assistons vraiment à une bataille entre les gens qui aimeraient voir la consigne être étendue aux bouteilles de vin, comme c’est déjà le cas pour les bouteilles de bière, et ceux qui sont pro collecte sélective, évoquant comme raison qu’il ne serait pas juste de consigner uniquement les bouteilles en verre contenant de l’alcool, de peur que les autres contenants, comme le verre du pot de confiture, ne soient plus valorisés.
 
De plus, les pro-consignes, comme c’est le cas pour le Front commun québécois pour la gestion écologique des déchets, évoquent souvent le fait que la consigne sur les contenants en verre est déjà mise en place dans la plupart des provinces canadiennes, à l’exception du Manitoba et du Québec. En Ontario, des experts affirment que c’est depuis l’introduction de la consigne en 2007 que le recyclage du verre a pris un tournant favorable. 
 
Sauf qu’avec une consigne, les producteurs devraient récupérer leurs bouteilles. Le Front commun québécois pour la gestion écologique des déchets proposerait de mettre en place des centres de dépôt sur la consigne, qui s’élargirait à d’autres contenants de boisson. 
 
Du côté de la SAQ, on défend plutôt fermement le modèle de la collecte sélective. La SAQ soutient la recherche et le développement pour trouver d’autres débouchés pour la valorisation du verre, comme du béton dans laquelle on intègre de la poudre et de l’agrégat de verre. Cette initiative a permis à la Société des alcools de détourner 2 millions de bouteilles en les utilisant pour la fabrication des planchers de plusieurs de ses succursales récemment construites. Dans ce béton, c’est la portion du ciment, qui compose le mélange à une hauteur de 10 à 20%, qui est remplacé par le verre broyé. 
 
Tous ne s’entendent pas sur les proportions réelles des types de contenants en verre placés dans nos bacs bleus. Certains diront que l’on y retrouve 80% de bouteilles de vin et 20% de divers contenants, et d’autres diront que c’est plutôt moitié-moitié. Si la consigne s’élargit aux bouteilles de vin et permet une réutilisation du verre avant un recyclage pour d’autres fins, il y aura encore et toujours d’autres contenants en verre disponibles pour les différents usages à la sortie des centres de tri.
 
Autrement dit, ce serait peut-être une bonne idée d’éviter de mettre tous nos œufs dans le même panier et d’appuyer la mise en place de débouchés complémentaires pour le recyclage du verre. 
 
 
 
 
 
 
Pour en savoir plus à propos de débouchés commerciaux du recyclage du verre, consultez ce site de la SAQ
 
 
Chroniqueuse: Marie-Ève Cloutier, journaliste indépendante et chroniqueuse
en Science de l’environnement
 
enlightened Cette chronique est aussi disponible en lecture seule sur MAtv.ca   Lire l'article
 

 

Vos commentaires

Be the first to get news from MATV

Get the latest news before everyone else and be informed of exclusive deals