}

Les nouvelles

Dans cette émission, Jean Barbe et ses invités s’intéressent à un genre littéraire peu étudié, celui de la nouvelle. Qualifié par l’animateur comme un «genre bref qui demande un temps d’arrêt», il en discute avec deux auteurs ayant adopté le genre: Gaëtan Brulotte et Elsa Pépin
 
Gaëtan Brulotte est écrivain et enseignant en littérature. Touchant autant aux essais, qu’à la fiction et en passant par le théâtre, cet auteur participe à l’univers littéraire québécois depuis la publication de son premier recueil de nouvelles Le surveillant, paru en 1982. Spécialiste de la nouvelle, il se qualifie davantage de «nouvellier» que de nouvelliste, qu’il associe davantage au genre journalistique. Il discute avec l’animateur de son livre le plus récent, soit La contagion du réel et de son essai La nouvelle québécoise. Il parle également des caractéristiques de la nouvelle québécoise et tente de trouver en quoi elle se distingue. La discussion découle également sur l’institution littéraire et la réception du genre au Québec. L’auteur tente d’expliquer le rapport des critiques face à ce genre parfois mal reçu. Il conclut son entrevue sur la place qu’occupe la nouvelle dans le marché littéraire et sur le travail que doit effectuer le lecteur dans ses habitudes de lecture pour apprécier ce genre littéraire. 
 
 
 
La seconde invitée, Elsa Pépin œuvre dans le domaine culturel depuis bon nombre d’années. Chroniqueuse pour les arts de la scène pour le journal Voir et ainsi qu’à Voir télé, et maintenant animatrice de Rature et lit sur airlibre.tv, elle vient présenter son premier recueil de nouvelles Quand j’étais l’Amérique. Pour l’auteure, écrire ces histoires lui ont «donné la possibilité d’aller dans plusieurs portes de [son] imaginaire». Aux yeux de l’animateur, elle fait partie de cette génération de jeunes écrivains québécois. Ils discutent également de l’évolution de la littérature au Québec depuis les dix dernières années. Pour Elsa Pépin, il y a une «liberté dans la création qui n’était pas aussi présente il y a vingt ans». L’entrevue se termine sur le rapport aux médias et à la réception des 1600 œuvres publiées au Québec chaque année.
 
IL N'Y A PAS DE PHOTO
 
Les chroniqueurs habituels ont également tenté de se questionner sur le genre bref de la nouvelle. La sociologue Alexandra Schilte a décidé d’étudier l’apport de la vitesse et de l’accélération dans notre société moderne. Afin d’explorer notre rapport au temps, elle s’est basée sur l’ouvrage Aliénation et accélération d’Harmut Rosa. Bertrand Laverdure a lu deux recueils de nouvelles majeurs: Chanson de la neige silencieuse de l’écrivain américain Hubert Selby Junior ainsi que Avant d’éteindre de Sylvie Massicotte. Marie Plourde parle de deux magazines qui proposent de courts récits fort intéressants : Nouveau Projet et Moebius.
 
L'auteure de cet article, Valérie Faubert, est stagiaire au contenu pour
Tout le monde tout lu!

 

Vos commentaires

Be the first to get news from MATV

Get the latest news before everyone else and be informed of exclusive deals